:: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

~ La flamme peut détruire. Maîtrisée, elle illumine ~ Prez de Malia Henderson

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 14/11/2017
Nom & prénom : Malia Henderson
Parenté : Fille d'Héphaïtos, dieu du feu, des volcans, de la forge et de la métallurgie.
Age : 15
Sam 28 Juil - 21:54









Malia






NOM : Malia Henderson
AGE :15 ans
SEXE : Féminin
RANG : Sang-mêlé
PARENTÉ : Fille d'Héphaïtos (dieu du feu, de la forge de la métallurgie et des volcans)
AUTRES INFORMATIONS :
POUVOIR : Manipulation du feu : Pour être exacte, je peux enflammer des objets et des vêtements à distances (mais pas des corps). Donnez moi un petit feu de camp, et je manipule la flamme pour en faire un incendie.
Je peux aussi créer des jets de flamme à partir de mes mains, mais je ne peux pas beaucoup utiliser cette technique car je risquerai de me brûler moi même. Et oui, malgré le fait que j'ai une résistance au feu supérieure à la normale, j'ai mes limites.
Je ne contrôle pas encore au mieu mon pouvoir, mais j'y travaille.
ARMES : Mon père m'a légué une épée en bronze céleste, qu'il a crée pour moi. Je lui ai donné un petit nom, je l'appelle Célestia. Quand je la sors de son fourreau, elle s'enflamme (seulement à mon contact). Elle a été crée pour moi, je suis donc la seule à pouvoir la maîtriser. Je peux faire pleins de chose avec. Tout d'abord, vu que mon père est un très bon forgeron, c'est une épée qui est incassable et à la lame extrêment tranchante (elle peut quasiment tout trancher). Mon père a concentré une partie de son pouvoir dans cette épée, ce qui fait que le coup est beaucoup plus puissant lorsque je frappe avec Célestia que lorsque je frappe avec une épée banale.
Sinon, avec le temps, j'apprendrai à moi aussi concentré mon pouvoir dans Célestia durant un combat, avant chaque coup, augmentant ainsi sa puisance. Plus je concentre mon pouvoir dans mon épée, plus ça prendra du temps, plus ça sera épuisant, mais plus le coup sera puissant (la puissance du coup est proportionnelle à la quantité de pouvoir concentré)
Dans le futur, je prévoie de me créer un arc avec des flèches en bronze céleste. Vu que mon père est Héphaïtos, je suis sûre que j'ai hérité de ses talents de forgeron (Même si j'ai surtout hérité de ses pouvoirs de feu et que niveau forgeron je suis dans la moyenne). C'est d'ailleurs pour cette raison que je m'entraine également au tir à l'arc, où je commence à faire mes preuves.

CARACTÈRE : Malia n'a pas eu une enfance très heureuse. Elle a même eu une enfance plus que difficile, ce qui en a fait une fille assez triste. Enfin, ça c'était avant. Depuis qu'elle est à l'Hotel, elle s'est un peu plus ouverte aux autres. Le problème c'est qu'elle est très timide et réservée, donc elle a beaucoup de mal à se faire des amis. Pourtant, c'est une jeune fille souriante et blagueuse. Au premier abord, elle vous paraitra sûrement froide et mystérieuse, mais plus vous allez la cotoyer, plus vous allez découvrir sa véritable personnalité.
Elle n'a jamais parlé à qui que ce soit de ce qui s'est passé durant son enfance (voir histoire). Elle ne se confie absolument jamais, jugeant que les autres ont d'autres problèmes à gérer que les siens. Alors elle garde tout pour elle.
Mais au final, Malia n'a pas encore digéré le suicide de sa mère. Elle en garde une trace, son coeur, déjà brisé par tous ce qu'elle a vécu, garde une plaie qui ne se referme pas. Malia en veut à son beau père. Elle aurait aimé le tuer, mais ce n'est pas digne d'elle.
Aujourd'hui, personne n'est au courant de ce qu'à réellement vécu Malia, pas même ses amis. Peut être vous en parlera-t-elle un jour, qui sait ?
A part ça, Malia est quelqu'un de franche, qui dit ce qu'elle pense, même si ça peut blesser. Elle est très determinée et va toujours au bout des choses.
C'est une guerrière, au mental d'acier.
Qui ne flanche pas devant le danger.
Elle est courageuse et ferait tout pour protéger ceux qu'elle aime.
Au combat, c'est une fille réfléchie, vive et intelligente. Elle est diablement douée. Elle maitrise parfaitement les arts martiaux, ce qui en fait une redoutable adversaire. Contre les monstres, elle maitrise parfaitement son épée. Elle a encore du travail à faire pour exploiter au mieu son pouvoir, mais elle est sur la bonne voie.
A part ça, Malia est gentille et attentionnée. Si vous ne l'aimez pas, sachez qu'elle s'en fiche royalement. Elle est elle-même, et entière. Elle ne fera pas semblant juste pour plaire à tout le monde.

PHYSIQUE : Malia a les cheveux bruns foncés, un peu rougeâtre. Elle a les yeux ambres proche du orange, couleur assez atypique lorsqu'on est censé être humaine, me direz vous. Elle n'est pas bien grande, elle fait environ 1m62. Malgré sa taille, croyez moi que vous n'oserez pas la toucher ! Malia est une pro en arts martiaux (qu'elle a commencé à 5-6 ans) et elle sait manier son épée. Alors, mieux vaut ne pas s'en faire une ennemie...Cette jeune fille ne s'habille pas très coloré. Elle aime tout ce qui est sobre.
C'est une très jolie fille, même si elle n'en a pas vraiment conscience.

HISTOIRE :Quand je suis née, je n'avais pas de père. Enfin si, mais il avait dû partir, c'est ce que m'a dit ma mère. Alors, quand j'avais 3 ans environs, ma mère s'est remariée avec un autre homme. Cet homme...comme je le déteste. Quand je le vois, j'ai des nausées qui me prennent subitement. Mais bref. Cet homme s'appelle Aaron. Je le hais. Plus que tout. Il nous battait, moi et ma mère. Il nous rabaissait sans arrêt. Combien de fois ai-je vu ma mère en pleure ? Trop de fois pour pouvoir les compter. Ma mère n'a jamais osé porter plainte ou le quitter. On avait de gros problèmes d'argent, et Aaron était le seul à nous rapporter de quoi vivre. Si on partait, on ne s'en sortirait pas. Mais bref...mon histoire est loin d'être un compte de fée. Je dirai plutôt que, ce n'est pas un compte de fée mais un cauchemar. Maintenant que j'ai 15 ans, quand j'y repense, je me demande encore comment j'ai pu tenir aussi longtemps sans devenir folle.

J'avais 4 ans quand ça s'est passé. Si on fait le calcul, ça faisait 1 ans que ma mère était remariée avec l'autre tarré. Je m'en souviens comme si c'était hier. C'est une soirée qui était banale, enfin pas pour tout le monde. Une soirée où mon beau père criait sur ma mère. J'entendais les verres de la cuisine se briser, cammouflant le bruit des pleurs de ma mère. Comme j'aurai aimé l'aider...Ca faisait un moment que je prévoyais de me lancer dans les arts martiaux, histoire de pouvoir un jour cassé la machoire à cet enfoiré et nous défendre.
Ma mère était en pleure, et moi je m'étais faufilée dans le couloir, où j'avais une vue sur toute la scène. Mon beau père frappait à grand coup ma mère, qui était allongée, en larme, au beau milieu de la cuisine.

-Tu es aussi inutile que ta fille ! Criait Aaron.

Je sentais mon coeur se serrer. Je n'en pouvais plus de cette vie. A 4 ans, on est censé s'amuser et rire, pas de se soucier de ses problèmes familiaux. On n'est même pas censé se rendre compte de ce qui se passe dans notre vie.
Mais il faut croire que j'étais différente.
Mon coeur s'emballait, je sentais mon âme se bruler, comme prit dans un incendie de rage.

A chaque phrase d'Aaron...
Après chaque mots...
Mon coeur plongeait plus pronfondément encore...
Dans un océan de colère...

-Je suis l'homme de cette maison, tu n'es qu'une femme, tu n'es rien !

Un océan ? Non...un tsunami de rage...

Je sentis mes doigts me brûler, était-ce l'effet d'une haine intense ? Tout ce que je retenais pour moi, tout ce chagrin, toute cette haine, fut expulser de mes mains, que je tendais vers mon beau père.
Attendez...des flammes ?
Je repris conscience de ce que je faisais, et avant que je ne comprenne quoi que ce soit, je voyais du feu partout autour de mon beau père. Celui-ci criait à la mort, de souffrance. Ses vêtements étaient en train de brûler.

-Stop ! Criai-je.

Soudain, toutes les flammes s'éteignirent. Plus rien, à part mon regard terrifié, et la colère de mon beau père. Ma mère, elle, se cachait la tête dans ses mains, les larmes ruisselant le long de ses doigts.
Le reste de la soirée, mon beau père n'avait fait que de me frapper, me répétant que je n'étais qu'un monstre.

Le lendemain matin, Aaron était au travail. Enfin un peu de répi ! Je sortis de ma chambre, j'avais les jambes qui tremblaient, l'oeil gonflé par un hématome et j'avais terriblement mal aux côtes. Elles devaient être fêlées.
En me voyant arriver, ma mère s'empressa de me prendre dans ses bras.

-Je dois te dire quelque chose...murmura-t-elle.

Elle m'emmena dans sa chambre, qui était au bout du couloir. Elle me fit s'asseoir sur son lit, avant d'ouvrir un placard sur ma droite et d'en sortir un coffre.

-Ton père m'a demandé de te donner ceci, lorsque tu aurais découvert tes pouvoirs.

Devant mon regard exprimant l'incompréhension, elle sortit une magnifique épée, aussi grande que moi à 4 ans. Cette épée ressemblait à un katana, mais quelque chose me disait qu'elle était loin d'être ordinaire.
Ma mère dégaina l'épée, pour la sortir de son fourreau. Je pouvais juste constater sa lame en bronze scintillant. Elle remit l'épée dans son fourreau, et me la tendit. Elle me fit signe de dégainer. A peine ai-je retirer l'épée, que sa lame se mit à s'enflammer, propageant une chaleur intense dans toute la pièce. De peur, je faillis la lacher par terre. Ma mère prit l'épée dans ses mains, et le feu disparut.

-Je ne comprends plus ce qu'il se passe...

Ma mère s'accroupit en face de moi, tandis que j'étais assise sur le lit. Elle prit mes mains dans les siennes, et me regarda de ses yeux vert émeraudes.

-Tu es spéciale, mon coeur...tu n'es pas la fille de n'importe qui, croit moi. Surtout, ne soit pas choquée de ce que je vais te dire, d'accord ?

J'acquiesça lentement, avant de déglutir péniblement.

-Tu es une demi-déesse...

Je sentis ma tête tournée...une demi-déesse ? Je n'avais même plus les mots pour exprimer l'état dans lequel j'étais. Je n'ai absolument rien d'une déesse.

-Je sais que c'est difficile à croire ma chérie...

Pourtant, malgré que ce soit improbable, je la croyais. Mes "pouvoirs" de feu n'étaient pas sortis de nul part. Soudain, tout devint claire dans ma tête. C'était évident, mon père était...

-Papa est un dieu ? Demandai-je, la voix tremblante de choc.

-Oui Malia...c'est un des 12 dieux de l'Olympe. Ton père n'est autre qu'Héphaïtos.

Héphaïtos...ce nom ne m'évoqua rien. Je n'y connaissais rien en dieux à l'époque.

-Héphaïtos est le dieu du feu. Il a beaucoup de devoirs en tant que dieu. Alors il n'a pas pu rester avec nous. Mais crois-moi, il veille sur toi même si tu ne t'en rends pas compte...sa voix se perdit dans ses pensées. Il semblerait que tu es repris son pouvoir, celui du feu...Ce qui s'est passé hier, n'était qu'une partie de l'étendue de tes capacités.

Elle posa son regard sur l'épée qu'elle tenait dans les mains.

-Lorsque cette épée est sortie de son fourreau, elle s'enflamme seulement à ton contact. Ce qui explique que rien ne se passe lorsque je la dégaine. Toi seule est capable de maîtriser la puissance que renferme cette épée. Elle n'est pas comme les autres. Elle a été forgée par ton père, c'est ce qui la rend très spéciale. Essaye de fendre l'air avec, pour voir.

Je pris l'épée de mes mains tremblantes, et me leva. Je la dégaina en même temps que les flammes ornèrent sa lame. Je fis un coup dans le vide. Le vase posé sur le meuble en fasse de moi se fendit en deux, brisant le silence qui s'était abattu dans la pièce.

-Tu vois ? Cette épée contient une partie de la puissance du pouvoir de ton père. Plus tard, tu apprendras à te servir de tes flammes, et tu pourras les concentrer dans cette arme, elle a été conçue pour. Ainsi tu augmenteras la puissance de ton épée.

Je la regarda d'un air ébahi, avant de détourner le regard pour le poser sur la lame enflammée en face de moi.

Je ne voulais pas de ce pouvoir.

J'avais peur de ce que j'étais capable de faire avec.




Les années ont passés, et je n'avais plus jamais utilisé mes flammes depuis mes 4 ans. J'avais trop peur. Aaron me torturait psychologiquement, me traitant de monstre chaque jour. Et j'ai finis par croire en ses mots. Depuis, j'ai peur de ce que je suis capable de faire. Depuis mes 4 ans, je n'avais plus du tout confiance en moi. Je n'en pouvais plus qu'on me rabaisse sans arrêt. Mais je ne pouvais rien faire.
L'épée que m'avait léguée mon père, je la gardai précieusement dans l'armoire de ma chambre. Je ne savais même pas pourquoi il me l'avait donnée, à quoi me servirait-elle ?
Quel était mon destin ?
Je le su bien assez tôt. A l'âge de mes 8 ans, ma mère se suicida. J'étais rentrée comme d'habitude de l'école. Ce n'est que lorsque j'ouvris la porte, que j'avais découvert ma mère.
Morte.
A terre.
Un revolver dans la main.
Cette vue me fait encore cauchemarder aujourd'hui.
Je n'en ai pas dormi pendant des mois.
Je me souviens que quand je suis rentrée, au moment où j'ai vu le corps, j'ai eu un haut le coeur avant de rendre mon repas de midi.
J'en tremblais d'effroi, je sentais la sueur couler le long de mon front.
Mais très vite, ce sentiment de dégoût laissa place à une tristesse profonde.
Je crois que je n'avais jamais autant pleuré de toute ma vie. Mon beau père ? Il était au travail, et tant mieux. Plus rien n'avait d'importance. Je suis resté des heures à pleurer la mort de ma mère, et à souhaiter la mort de ce connard. Pardon l'expression, mais je suppose que vous comprenez ma haine. C'est à cause de lui que ma mère s'est suicidée. Tout est de sa faute.
Je n'avais jamais autant crié. Toute la haine que je contenais dans mon coeur s'expulsa à cet instant. Je sentais mon corps chavirer tandis que mon coeur se brisait, pour laisser place à une nouvelle plaie qui n'était pas prête à cicatriser.
Mon coeur plongeait dans les abysses d'une mer de tristesse, tandis que mon âme s'emplissait d'une haine indescriptible envers mon beau père.
Je me noyais dans un océan de désespoir, n'ayant plus personne pour m'aider à retrouver la surface.

Pendant toutes ces heures, je n'avais même pas remarqué le bout de papier que tenais ma mère dans sa main. C'est avec les yeux baignés de larmes que je le pris, avant de découvrir ce qu'il y avait dessus.

"Ma chérie,
Si tu lis ceci, c'est que j'ai accompli mon acte. Ne m'en veux pas d'avoir fait cela Malia, mais je n'en pouvais plus...Je sais que ça te brise le coeur, je n'ai pas été une bonne mère, et je le regrette sincèrement, mais je n'avais plus la force de me battre...Mais toi, un autre destin t'attend.
Ta place n'est pas ici, mais à l'Hotel, et j'aurai dû te le dire plus tôt. Là-bas tu apprendras à maîtriser ton pouvoir et ton épée. Je sais que tu es déjà forte grâce à ta maitrise des arts martiaux, mais en y allant, ton pouvoir sera utile à tous.
Je ne peux t'en dire plus, toutes les réponses que tu cherches sont à l'Hotel. Ne te soucie plus du reste. Et fuie ma fille, va sauver notre monde.
Sache que je t'aime et que je suis fière de toi.

N'oublie pas ton épée avant de partir.

Tendrement
Maman.
"

Mes larmes ruisselaient le long de mes joues, pour se déposer sur le papier, faisant baver l'encre. Je mis la lettre dans ma poche. Je caressai tendrement la joue de ma mère. Je me précipitai dans ma chambre, pris mon épée et partis.

J'avais erré à New York pendant quelques jours, avant qu'un homme me retrouve et me mène à l'Hotel. Il m'a expliqué qu'ici, j'apprendrai à utiliser mes capacités. J'appris aussi que mon épée était en bronze céleste, une matière permettant de tuer des monstres.
Attendez...des monstres ?
Je vais devoir tuer des monstres ?
Il semblerait que oui, que ce soit le fruit même de mon entrainement. Au moins, mon pouvoir servirait à quelque chose.

J'ai désormais 15 ans. J'ai appris à reprendre confiance en moi. Je maitrise désormais un peu mieux mes flammes et mon épée. Je suis même très douée au combat. Je n'ai plus peur d'utiliser mon pouvoir, maintenant que je suis entourée de personne qui sont comme moi.

Mon but aujourd'hui et de sauver le monde, pour que mon pouvoir serve à faire le bien, et pour que ma mère, là-haut, soit fière de moi.

Code du règlement : Disparu dans un nuage de paillette !
MON PARRAIN / MA MARRAINE  : //




Codage by Alec surMaelstrom


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 10/10/2016
Nom & prénom : Susan Anson
Parenté : père : Apollon, mère : Ellen Anson
Mar 31 Juil - 19:04
C'est validé !

Voir le profil de l'utilisateur
~ La flamme peut détruire. Maîtrisée, elle illumine ~ Prez de Malia Henderson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Break-Out ~ La flamme peut détruire, maîtrisée, elle illumine | Aleks' & Kenzy
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maelstrom :: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: