:: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de Susan

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 10/10/2016
Nom & prénom : Susan Anson
Parenté : père : Apollon, mère : Ellen Anson
Jeu 20 Oct - 18:25









Susan






NOM : Susan Anson
AGE : 16 ans
SEXE : Féminin
RANG : Sang-mêlé
PARENTÉ : Mon père est Apollon et ma mère s'appelait Ellen.
AUTRES INFORMATIONS : Arc, flèches, carquois magique qui apparaissent quand j'en ai besoin. Le reste du temps, ils sont sous la forme d'une bague en or. Les flèches reviennent automatiquement dans mon carquois. Je tire très bien à l'arc et je peux soigner les gens. Merci papa !

CARACTÈRE : Je suis quelqu'un de plutôt froide au premier abord et je ne montre pratiquement jamais mes sentiments. Seul les personnes qui me connaissent très bien ou en qui j'ai confiance peuvent savoir ce que je ressent. Ce qui ne m’empêche pas de détester quelqu'un et de le lui faire comprendre. Surtout si c'est quelqu'un qui se croit supérieur aux autres. Je hais ces personnes là!
Je n'offre pas ma confiance à tout le monde. Je suis très méfiante et je peut être sans pitié. Je suis plus une meneuse qu'une suiveuse et je peut me montrer très patiente.
Bien que l'adjectif "gentille" ne soit pas le premier mot qui vient au personne qui me rencontre pour la première fois (je laisse le rôle de jeune fille gentille et mignonne à d'autre), j'aide sans problème les autres, même si cela m'embête. Par exemple, je soigne les gens et les animaux sans problème. Pour moi, ce n'est pas une corvée. J'ai un côté altruiste.
Mais je suis aussi très mauvaise joueuse. Je peut me mettre en colère juste par ce que je suis arrivé dernière à une course ou à un autre truc idiot du même genre. Mais si il y a quelque chose que j'aime encore moins, c'est qu'on m'aide ou qu'on est pitié de moi. Je déteste aussi qu'on me cache des informations.
Pour ce qui concerne mon attitude dans les combats, je suis plutôt du genre à être hors de la mêlée, pour soigner les blessés et utiliser avec plus de facilité non arc (comme à peu près tous les enfants d'Apollon, en fait).

PHYSIQUE : Je suis plutôt jolie mais je ne fais pas trop attention à mon physique. Je suis fine de nature et je suis assez musclé ( sûrement grâce aux entraînements ). J'ai de long cheveux bruns dont je suis assez fière. Il sont souvent attaché mais je ne veut pas les avoir court ( même si c'est plus pratique ). Mes yeux sont bleu gris. J'ai la peau souvent mate car je bronze très vite. Je suis grande, ce qui me désole car je peut difficilement me cacher.  

HISTOIRE :

Le Commencement


Mon histoire commence il y a 18 ans, à Boston. Ma mère y faisait des études musicale au Berklee College of Music. Elle s'appelait Ellen et était alors âgé de 23 ans. C'était une merveilleuse musicienne. Elle savait joué de plusieurs instruments mais c'était de la flûte traversière qu'elle sortait ses sons si cristallin. Elle pouvait vous faire pleurer toute les larmes de votre corps comme vous faire rire aux éclats. Le dieu des Arts lui même fut touché par la beauté des sons qui sortait de l'instrument. Il tomba follement amoureux de ma mère. Mais elle ne répondit pas à ses avances. Elle le rejeta. Sauf qu'Apollon était un dieu. Il ne lâcha pas prise. Au bout d'un an, ma mère finit par tombée amoureuse de lui. Mais son père ne devait pas savoir qu'elle avait un petit ami. Il le prendrait trop mal car, depuis la mort de sa femme, il n'avait plus que sa fille et il n'aurait pas supporté qu'elle parte vivre autre part. De plus, il était général des armées et avait pour seul compagnie des militaires dont beaucoup partaient pour ne plus revenir.

Mais un jour, mon grand-père découvrit le pot aux roses. Il décida d'intervenir et de séparé Apollon et Ellen. Cette dernière pria le dieu de ne plus la revoir. Elle ne voulait pas rendre son père malheureux. Ils vécurent dans une caserne quelque mois. Puis ma mère apprit qu'elle attendait un enfant. Mon grand-père ne le prit heureusement pas trop mal, acceptant sans trop faire d'histoire qu'une nouvelle tête dont il ne connaissait pas le père fasse son apparition de la famille. De toute façon, il n'avait pas trop le choix, ma mère étant bien décidé à me garder. Ils construisirent une petite maison non loin de la caserne ou ma mère pourrait m'élevée sans être gênée par les militaires tout en étant assez proche de son père.




L'enfance



C'est dans cette petite maison que je naquit. Je n'était pas un bébé très calme mais, d'après ma mère, le son de ma voix était comme une mélodie à ses oreilles. De cette époque là, je n'ai pas de souvenir précis. Je me rappelle que ma mère jouait souvent de la flûte. Sa musique m’apaisait. Je grandit. Mon grand-père venait nous voir souvent. Une fois, il m'emmena dans sa caserne ou il me montra et me nomma les armes qu'il utilisait. Il me fit visiter. Je devais avoir quatre ans. Il me lâcha un moment pour parler à l'un de ses hommes. Je partis de mon côté. On me retrouva près des armes, en train de joué avec un pistolet. Je visais des boîtes en fer blanc et je réussit à en touché une.

Ma mère ne voulait plus entendre parler d'aller à la caserne. Au bout d'un an, mon grand-père lui expliqua qu'il entrevoyait un avenir remplit de danger et qu'il fallait donc m’entraîner au plus tôt. Il avait un don pour sentir le danger et il savait que je serais un jour confronté à la mort. Ma mère faisait confiance à son jugement. A l'âge de cinq ans, je commença à m'entraîner. Endurance, escalade, souplesse, gymnastique, art martiaux, et, plus tard, à la maîtrise des armes. Mon arme favorite restait de loin l'arc. Ma mère m'apprenais la musique. Je jouais très bien. On me disais que j'avais hérité du talent de ma mère.

C'est vers l'âge de 6 ans que je découvris que pour chaque blessure, chaque maladie, je connaissais d'instinct le remède. Je m'en rendis compte alors que je jouais dans le jardin de ma maison. J'avais aperçut un petit oiseau. Il avait une aile cassé. Je n'avait pu m'empêcher de le prendre avec moi pour le soigner. Ma mère n'aimait pas trop les animaux. Elle n'aurait donc pas voulu que je le soigne. Je l'avait donc caché dans un placard. Je lui posa une attelle et le nourris. Au bout d'un mois, il pouvait de nouveau voler. Je le relâchai. Après cela, je guéri plusieurs blessures.

Les amis de ma mère me regardais bizarrement. Elles se disaient entre elles, quand ma mère s'absentait:
"Quelle étrange petite fille! A 6 ans, elle est déjà plus musclé que la plupart d'entre nous, elle chante comme une déesse et elle peut guérir les gens avec des plantes. On ne connaît même pas son père!"
La plupart des gens m'observais avec curiosité, mais certain était méchant. A l'école, par exemple. On me montrait du doigt, on rigolais dans mon dos. On me surnommais l'extra-terrestre. Je pleurais... et ça les amusais! Mon grand-père m'apprit donc à dissimuler mes sentiments.

Je n'avais pas beaucoup d'amis, mais beaucoup d'ennemis. En même temps, j'étais franche. De toute façon, je préférais être seule. J'était une petite fille solitaire.




Les Changements



J'allais sur mes sept ans quand ma vie a basculé. Cela commença quand ma mère mourut. Elle avais un cancer du sein. On s'en était rendu compte trop tard et on n'avait pût la soigner. Sur son lit de mort, elle me donna une bague. Une bague d'or qui ne la quittait jamais. Elle m’annonça que c'était le dernier cadeau que mon père lui avait offerte avant de se quitter. Elle me dit de la garder le plus précieusement possible et de ne jamais m'en séparer. Elle me dit que j'avait été sa plus grande chance. La nuit d'après, elle était morte. Durant la période qui suivi sa mort, je pleurais tous le temps et me demandais comment, alors que j'étais capable de soigner des animaux et des humains de blessures, je n'avais même pas put déceler sa maladie. Ce qui n'était pas si étonnant car à ce âge j'avais peu de contrôle sur mes pouvoirs. Mon grand-père, quand à lui, s'abandonna à l'alcool. On le déclara inapte à s'occuper de moi. On me mit en famille d'accueil. C'est à ce moment là que je me rendis compte que j'étais vraiment particulière. Un jour, alors que je rentrais de l'école, une grand-mère me demanda de l'aider à porter ses courses jusqu'à chez elle. J'accepta. Elle me fit passer par tellement de détour que je ne savais plus ou j'étais. Sa maison était noir, vieille et grinçante. Une maison de film d'horreur. Je suivi donc la grand-mère à l'intérieur. Soudain, sa peau se déchira et laissa apparaître deux ailes d'un noir de jais. De ses chaussures jaillirent des griffes acérés et des dents lui poussèrent.

Elle me sauta dessus. D'instinct, je sauta sur le côté. Soudain, ma bague se mit à luire, luire de plus en plus fort. Dans une lumière aveuglante, elle se transforma en un magnifique arc en bois d'ébènes. Des arabesque d'or étaient incrusté dans le bois. Des flèches et un carquois apparurent dans mon dos. Avant même que je ne puisse me poser des questions sur l'arc et le monstre qui était apparu, ce dernier sauta de nouveau sur moi. Encore une fois, mon instinct prit le dessus. J'esquiva, bandit mon arc et tira. La flèche se figea entre les deux yeux de la bête. Cette dernière me regarda avec surprise et explosa.




La Fuite



Je ne rentrai jamais chez moi. J'avais trop peur que les monstres ne viennent me chercher. Je pris donc la fuite. Je venais d'avoir huit ans.
Les monstres me retrouvaient tout le temps. Souvent, je me cachait. Certaine fois, quant ils me repéraient, j'était obligé de me battre. Grâce à l'entraînement que m'avais fait subir mon grand-père, je m'en sortais à chaque fois.Mais les combats s’enchaînaient et les blessures étaient de plus en plus nombreuses. Il fallait que je trouve un endroit sûr, sinon, j'allais mourir.
Un jour d'été, mes pas m’entraînèrent dans une petite forêt. Comme il n'y avait aucun monstres à l'horizon, je décidai de m'installer pour dormir. J'avais repéré que des petits arbustes formait une petite cabane. J'installais mes affaires et partit chasser.
Grace à mon arc, j'avais tuer deux lapins et j'avais trouvé des baies mangeable. Je revenais donc vers mon abris quand j'entendis un bruit. Je bandit mon arc et avança doucement vers l'origine du bruit.
Au bout d'un moment, une silhouette se dessina devant moi. J'approchait encore et vit que la silhouette était une fille d'à peu près mon âge. Elle avait des cheveux blonds et semblait être elle aussi sur ses gardes. Pour ne pas l'effrayer, je la contournai pour arriver face à elle. Mon arc se retransforma en bague. Elle releva la tête et m'aperçut. Surprise, elle sortit deux petits pistolets. Je fit un geste de recul. Une fille de huit ans qui transporte des pistolets, c'est pas courant ! En même temps, j'avait un arc, donc je n'était pas si étonner que ça. Elle dut comprendre que je n'était pas trop dangereuse, du moins pour elle, car elle rangea ses armes. Je m'approcha doucement. Elle ne fit aucun geste pour me tuer.
"Bonjour, je m'appelle Susan. Qui est tu et que fait tu ici ?"
Elle me regarda et m'expliqua son histoire. Sa mère était méchante avec elle et elle s'était donc enfuit. Plus elle me racontait des choses sur elle, plus je voyait qu'on se ressemblait. On était poursuivit par des monstres, on avait des objets magiques et on avait des ''dons''. Elle me proposa de continué ensemble notre voyage. J'accepta. Elle s’appelait Leyna.
Tout nous séparait et pourtant nous devînmes très proche. A part nos histoire qui était similaire, elle était plutôt fofolle, toujours positive, trop gentille et un peu pot de colle. Moi, j'était plutôt sérieuse, stricte, gentille mais pas avec tout le monde, et j'était froide. Mais Leyna pouvait se montrer tout aussi impitoyable que moi.




L'Hôtel



Durant notre voyage, nous rencontrâmes un être étrange. Il ressemblait à un humain mais il avait des jambes de chèvres et des cornes. Après avoir essayer de le tuer quelques fois, il réussit à nous expliquer qu'il ne nous voulait aucun mal et qu'il était là pour aider les personnes comme nous. C'est à dire des demi-dieux. Il nous demanda de le suivre dans un endroit sûr. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je serais parti en courant. Mais Leyna qui était d'un naturel plus confiant me dit qu'on pouvait toujours voir de quoi il parlait. Je les suivit donc à contrecœur jusqu'à L'Hôtel. C'était le seul endroit sûr pour un demi-dieu. On nous accueilli, on nous nourrir et ce fut ce jour là que j'appris que mon père était Apollon. Maintenant que j'y repense, si je n'avais pas rencontré Leyna, jamais je ne serais aller à l'Hôtel et je serais sans doute morte.

Code du règlement : Pouvoir d'auto-validation !
MON PARRAIN / MA MARRAINE  : //




Codage by Alec surMaelstrom


Voir le profil de l'utilisateur
Présentation de Susan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maelstrom :: Avant de jouer :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: